Walter Keym à Stuttgart

 

Une bonne année sans coups d'État à tous,

Je reviens sur ce problème d’échecs, passé par la liste Rétros. Il est l’œuvre du génial Werner Keym, et parut à l’occasion des fêtes de Noël 2020 dans le Stuttgarter Zeitung. Werner demande simplement : « Mat le plus rapide ? »

 Cet énoncé abrupt pousse l’amateur d’échecs à étudier deux cas :

– si les Blancs sont au trait, quel est le mat le plus rapide qu’ils puissent infliger aux Noirs ?

– si les Noirs sont au trait (idem, aux Blancs).

 Donnons le trait aux Blancs. Et vérifions immédiatement si la position ci-dessus permet un dernier coup noir (car, je le répète, tout problème d’échecs soumis à la sagacité des joueurs, suppose que la position proposée vienne d’une partie réelle. Par « partie réelle » il faut comprendre « on s’assied devant un échiquier orthodoxe où les 32 pièces sont sur leurs cases de départ et on joue une succession de coups légaux ». Que ces coups soient intelligents ou pas importe peu : il faut juste qu’il soit possible d’arriver légalement – sans enfreindre les règles – à la position proposée).

On commence donc par vérifier la légalité de la position (c’est un bon moyen, en général, de trouver des pistes pour résoudre un problème). Quel aurait pu être le dernier coup noir légal menant au diagramme de droite ?

Trois pièces noires ont peut-être bougé au dernier coup (les pions a7 et b7 n’ont pas bougé de toute la partie) :

– le Fou a5

– le pion d5

– le Roi

Examinons dans l’ordre :

– le Fou a5 n’a pu arriver là qu’en jouant Fb6-a5 ou Fb4-a5 : mais c’est impossible (car sur les cases b4 ou b6 il aurait mis le Roi blanc en échec) ;

– le pion d5 n’a pu arriver qu’en jouant le double pas d7-d5 (pas en jouant d6-d5 car Blanc aurait été en échec, ni de pas diagonal avec prise en d5 car les cases c6 et e6 sont occupées) ;

– le Roi n’a pu arriver en c7 qu’à partir d’une des 6 cases libres qui l’entourent. Ce sont :

i) b8

… mais cela voudrait dire qu’il était collé à la Dame blanche, au coup d’avant, comme ci-dessous :

Cette position-là est illégale, elle n’a pas pu se produire dans le passé – car comment imaginer une succession de coup amenant une telle Dame encagée en a8 ? (sans le pion noir b7 c’était possible : un pion blanc en b7 aurait pu capturer une pièce noire en a8, se promouvoir en Dame et faire échec).

Donc le Roi noir ne vient pas de b8. Il vient peut-être de c8 ?

ii) c8

C’est intéressant :

Si le Roi noir joue c8-c7, il rejoint la position proposée par Keym. Mais un Roi noir en c8, comme ci-dessus, serait en échec par la Dame : est-ce compatible avec les règles ? Notons que comme auparavant, il est impossible pour une Dame blanche de venir de quelque part et de finir en a8 – même en capturant une pièce noire dans le coin. Et la piste de l’échec à la découverte ? Il faudrait qu’une pièce blanche en b8 ait quitté b8 au coup précédent, permettant un échec à la découverte par la Dame. Remontons encore dans le passé :

Voilà, Blanc joue Fb8-c7+, le Roi se dégage de l’échec en jouant RxFc7 et l’on rejoint le diagramme de Keym — où les Blancs sont au trait :

D’accord (me dit mon ami A.), mais peut-on atteindre légalement la position où le Fou blanc en b8 s’apprête à jouer ? No problemo, my friend, regarde :

Cette position-ci (légale) mène au « diagramme-Keym » en quelques coups (Noir au trait) :

 1. …                     Cf4-e6+

2. f5xCf4             Fd8-a5

3.Fc7+                 RxF         … et trait aux Blancs :

iii) d8

Oui, il est possible aussi de faire venir le Roi noir de d8 : sur le même canevas que précédemment, on peut imaginer un échec blanc (double) par un mouvement du Fou : Fb8-c7+, comme ci-dessous :

La position ci-dessus est complètement « débloquée » (comme disent les amateurs d’analyse rétrograde) : il y a plein de parties légales qui peuvent y conduire (le dernier coup noir a pu être simplement Re7-d8).

iv) d7, d6 et b6

On voit immédiatement ci-dessous que le Roi noir ne pouvait pas venir d’une de ces trois cases au coup précédent :

Résumons l’affaire :

Werner Keym a voulu piéger les amateurs d’analyse rétrograde (j’ai été sa victime !)

Il a imaginé ce problème pour égarer les joueurs trop pressés (il m’a égaré !)

Lesquels se sont dit, en survolant le diagramme (j’ai survolé !) :

… « Mmmmh, si le trait est aux Noirs, il semble difficile pour eux de mater vite ! Et si le trait est aux Blancs, ces derniers ont au moins un mat en deux coups :

1. Dxb7                Rd8

2. Dd7 mat »

Le joueur se dit alors (connaissant Keym) que le « bête » mat ci-dessus est trop simple. L’auteur des Christmas Challenges cache sûrement quelque chose. Un mat en UN coup peut-être ? À l’aide… d’une prise en passant ?

En effet, si dans la position ci-dessus Blanc peut jouer e5xd6 ep, alors c’est réglé, on a trouvé « le mat le plus rapide » !

… Sauf que non : comme on l’a vu, il est impossible de certifier que le dernier coup noir ait été un double pas du pion d7. Le « bête » mat en deux coups l’emporte donc sur les subtilités rétro-analytiques !

Et pour A. qui doute toujours, voici une partie menant au diagramme qui ouvre cette page :

1. e4   (h5)
2. Dxh  (g5)
3. Dxg  (f5)
4. Dxf  (c5)
5. Dxc  (Txh)
6. DxF  (Txg)
7. f4   (Txd)
8. c3   (e5)
9. b4   (Txa)
10. fxe (TxT)
11. e6  (Cc6)
12. b5  (Fb4)
13. bxC (Fa5)
14. DxT (TxC)
15. Re2 (Ch6)
16. Ff4 (TxF)
17. Fb8 (TxC)
18. TxC (Dc7)
19. Rd3 (Rd8)
20. Th1 (Dh2)
21. TxT (DxT)
22. Rc4 (Db6)
23. e5  (Dc7)
24. Rc5 (d5)
25. FxD+ (RxF) = diagramme de Werner Keym avec trait aux Blancs (merci Werner, tu m'as fait gagner un pinot gris !-)



 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Françoise Sagan & Denis Westhoff

Pêche à la ligne

Mater les discriminations (aux échecs)